Lettre à Brion Gysin

Heidsieck Bernard

«L’institut Curie ayant détecté un cancer, Brion Gysin, qui vivait à Paris à la Cité Internationale des Arts (passant à la radio: Docteur, vous allez trouver beaucoup de Craven A…) a décidé d’aller se faire opérer à Londres.
Nous avons alors convenu, Françoise Janicot, un ami commun, américain de Paris, Laurence Lacina, un ami anglais de Brion, Ricky Stein, et moi-même, de nous réunir chez moi, quai Bourbon et d’adresser une lettre «sonore» à Brion que nous allions enregistrer sur un revox A 700 récemment acquis. S’est joint à nous, venu avec Ricky Stein, un musicien saxophoniste, Ariel Kalma, le seul qui ne connaissait pas Gysin.
Cette lettre «sonore» a été réalisée en 1974.
Nous avons convenu, chacun ayant un micro, que sa durée serait d’une heure et que nous ne devions prononcer que son nom, son prénom ou les deux.
Le démarrage fut nécessairement chaotique. Nous nous cherchions. Mais rapidement la tension est montée et le dialogue/poursuite s’est instauré. Ariel Kalma, notre musicien, a vite compris l’enjeu et a su parfaitement, avec doigté, s’intégrer.
L’enregistrement terminé, nous en avons fait une copie que Ricky Stein est aller faire entendre à Brion, dans sa chambre d’hôpital, lui mettant des écouteurs dans les oreilles.
Nous avons tous, toujours, eu la prétention de penser que l’énergie que nous avions insufflée, passionnément, dans notre missive, avait contribué pour quelque peu à la rémission, pour quelque dix ans, de sa maladie, période vécue par lui d’une façon particulièrement intense.»
Bernard Heidsieck, 30 juin 2003

Fiche auteuracheter

Extrait de Lettre à Brion (2’59 »)

Production Nad

Durée : 56’36″