MANISFESTEN > LE JOURNAL


Al Dante ouvre son journal, blog, cybercarnet,ou journal de bord appelez ça comme vous voulez . Des notes ou articles agglomérés au fil du temps sur ce qui nous fait réagir. Mais ce lieu est surtout la pour vous inviter à y agir, réagir, par vos commentaires, propositions,informations, bref on vous attend pour jouer avec nous ...

ARTICLE > Carnet de voyages de Julien Blaine (par Sandra Raguenet)

Le:2 mars 2013 , 15:00

par :

Carnets de voyages

ou le cri de guerre d’un sorcier nomade (publié par Poezibao)

Avec ses Carnets de voyages, qui viennent de paraître aux éditions Al Dante, Julien Blaine nous offre une fois de plus un objet déconcertant. « Carnets de voyages, Album, Essai tyopographique », la multiplicité déroute en même temps qu’elle indexe l’imbrication toujours nécessaire de l’art et de la vie. Si dans son œuvre les voyages sont toujours la condition préalable à la création, ici la source s’affiche ; une source tellement dense que ces carnets, pourtant les premiers du genre, ne peuvent que pousser par le milieu d’un « Tome VII » qui dit l’activisme d’un poète nomade dont l’ensemble de l’œuvre affirme la nécessité de tisser des réseaux, de multiplier les rencontres avec l’autre et l’ailleurs pour lutter contre toute forme d’hégémonie. Ces carnets tracent et actent donc du temps impliquant aussi bien le geste de trancher dans une masse (la masse des voyages, le poids d’une matière dont nous est ici seulement livrée une période « 2008-2011 ») qu’un avant, une continuité, la cohérence d’une œuvre-vie dont les tomes précédents existent bien, sous la forme de revues, d’objets, de livres, de performances, d’expositions, catalogues… Ils ouvrent aussi des espaces sous l’espèce d’un « Essai tyopographique » dont le vocable hybride emporte et transporte dans un même mouvement typo et topo-graphie ; mot valise dont l’impression en rouge sur la page de garde, frappe tant par sa couleur que par l’invite subreptice d’un « o » qui pourrait passer inaperçu si la couleur ne retenait l’œil, si le terme même n’engageait la vigilance visuelle. La page de garde remplit alors toute sa fonction en déclenchant une rétrovision immédiate sur le titre : Carnets de voyages en caractères gras, lettres courbées, soufflé vers l’avant prend appui sur l’arrière comme pour contenir l’image d’un futur qui a déjà des millénaires et emporte le poète dans une quête qui l’engage à relier les signes, à ouvrir et activer les rémanences anthropologiques et artistiques ; une quête où légendes Khmer et pratiques aziliennes côtoient les avant-gardes des XXe et XXIe siècles. Avant même d’entrer, c’est donc toute une grammaire qui s’indique par le seuil, une grammaire de l’œil, pour l’œil, une éthique du voir qui fait valoir la matière.

Carnets&voyages, on est d’emblée dedans/dehors, dans un double mouvement qui innerve toute une démarche : « comment s’en sortir sans sortir ? ». Double traversée de l’Achéron, double mouvement de sortie du livre pour aller dans le monde et revenir autrement, dé-faire les formes mortes et re-lier monde et poésie. Hors livre, le monde, dont l’œuvre ne peut offrir qu’un résidu mais un résidu qui fait poésie sous la forme de micro-récits, d’anecdotes, de bio/typo/photo/graphèmes faisant valoir transmutation et alchimie des signes, des espaces, des cultures, des matières. Hors livre, le monde, dont textes et images s’emploient, encore et toujours, tant à signifier l’épaisseur, la force résiduelle, l’incommensurabilité, qu’à indexer l’action qu’exerce le poète sur la matière première. Ici tout fait page, le monde est livre, tout se renverse et communique.
Ce double mouvement se trace par le nombre et le mélange, le hors genre ou multigenre, transgenre qui assure le frottement, la double implication du monde et de l’art qui ne peut se marquer que par une poësie matérielle, élémentaire :

Tout est matière à dire poëme, tout est matière à poëme.
Caractères typographiques et écritures calligraphiques, pictogrammes et idéogrammes, traces photographiques et vestiges textuels, gestes neutres et mouvements brusques, cris durs et silences longs […] (J. Blaine, Cours minimal sur la poésie contemporaine, Al Dante, 2009)

Le nombre c’est donc l’ouverture à une multiplicité de formes, de genres et de domaines d’expression (écriture, photographie, dessin, typographie) qui se manifeste sous la forme d’un objet qui égare plus qu’il ne guide, soucieux de nous placer en état d’éveil et d’afficher sa polymorphie à l’image d’un poète articulateur de pratiques : « un véritable artiste contemporain ne peut se limiter au choix d’un champ de création comme par exemple la poésie ou l’art visuel, mais doit s’engager à plusieurs niveaux. L’artiste pour moi doit être “total”, comme les avant-gardes historiques le préconisaient, à la différence que son champ d’action aujourd’hui, du point de vue géographique, ne peut plus être limité » (Entretien avec Julien Blaine pour son exposition « Il Fabbro e il Boscaiolo », novembre 2012, Fondazione Berardelli).
Si le carnet de voyage s’inscrit dans toute une tradition littéraire et artistique au point de faire partie de la panoplie de l’écrivain en quête d’une source d’inspiration dans un pays où il recherche la matière de son œuvre, là, rien de tel : il ne s’agit pas d’un compagnon de voyage mais d’un outil d’enregistrement, d’un support d’archives poéthiques. Si le récit de voyage correspond historiquement à une forme coloniale qui projette un pays objet et non sujet, ici l’ailleurs n’est pas exotisme mais lutte contre l’ethnocentrisme, acte politique par inversion des données, réinscription sur la carte : de l’île de Gorée en passant par le Cambodge, Madagascar, l’Algérie, la Chine, la France, la Palestine, la Suède, c’est tout un parcours qui ne cesse de dénoncer les colonialismes meurtriers comme à surveiller et vaincre le colon en soi. Des poèmes-contrepoings qui s’emploient à faire valoir la résistance – comme « Petite anecdote africaine sans intérêt » – aux prélèvements et montages où le poète intervient par des gestes qui pointent ce que la matière brute devient sous l’espèce d’un carnet poétique, partout perce la richesse des cultures méprisées, détruites ou en voie de disparition ; menace que le poète exorcise par son action-articulation entre ancien et contemporain, Orient et Occident, par la relève des traits-d’union et des différences. Car partout perce la menace : « Grâce aux États-Unis d’Amérique l’art, d’abord le cinéma puis l’ensemble des arts plastiques et musicaux est devenu un art infantile… ». D’où la nécessité de briser les confusions, de réinstaurer le Sacré, de renverser les rapports de force :

La très longue admiration rituelle de l’humanité :
1/dans la grotte Cosquer
autour de 25 000 ans
2/ à Délos ou à Rome
il y a près de 3 000 ans
3/la linga de la culture angkorienne
il y a plus de 1 000 ans
4/ Man Ray, les fillettes de Louise Bourgeois & César
il y a plus de 10 ans

Près de 30 000 ans de rite sur la chair
et de crainte sur la viande ;
de rite sur les organes
et de crainte pour nos viscères.
Il n’y a jamais de représentation de la bite molle…
Voici venir le temps de procéder au rite sacré de la
bite molle.
blaine1
Mallarmé distinguait le livre « œuvre essentielle, destinée à exprimer la totalité du monde » de l’album situé du côté du fragmentaire, du mélange, inscrit dans le champ du désir et du plaisir, de l’affectif, du partage. C’est dans cet espace que nous invite Julien Blaine ; non du côté de l’ « autarcie » mais de l’amitié, de l’amoureux des peuples lointains qui nous ramène des photos de sculptures, peintures, paysages, arbres, animaux, des légendes, des poèmes mais rien qui ne soit de l’ordre du bel objet ou de l’album touristique qui défigure le monde par des clichés exsangues. Là, le poète recharge les images, trace des ponts, veille à casser contemplation bourgeoise et plaisir exotique qui annexent l’autre. Rien de l’attitude du collectionneur-pilleur qui épingle le monde dans son musée. Les carnets arpentent, cartographient l’ici et l’ailleurs, leurs croisements, motivés ou improbables, comme celui du poète sénégalais Léopold Senghor dont Blaine feuillette un jour un beau livre dans une librairie et tombe par hasard sur le poème « Départ » et les vers qui évoquent l’étang de Berre. Le poète saisit alors l’occasion de renverser les dettes : « me voilà sauvé provisoirement par un vieux poète noir ! Mais que faisait ce poète sénégalais au bord de l’étang de Berre ? ». Croisement dont Blaine renvoie en manière de contre-don la photographie de son ami plasticien réunionnais Jack Beng-Thi ; photographie où il figure avec un « âne dans un terrain vague de l’île de Gorée » et qu’il place sous le texte. C’est que les anecdotes font lien et sont ici à la mesure d’une manière d’être, d’une pensée, d’une poétique qui opère par transmutation et fait valoir visualité, oralité, corporalité et transmission. L’anecdote devient ici légende, fable, stock. Art visuel (visualisation d’un savoir abstrait) autant qu’oral (mémoire de la parole), l’anecdote est aussi art mémoriel (elle manifeste la valeur d’indice, d’expérience, de stockage, de vie) et art politique : détachable, elle peut se réapproprier, mineure, elle fait basculer les centres de gravité (de la petite histoire à la grande, du savoir livresque au savoir vécu poétisé, de l’insignifiant au primordial). Elle signale le geste d’un poète sorcier qui jette un sort au monde.
DARWISH
Comment faire lien sur la béance entre les temps, les espaces, les cultures, comment défaire les assujettissements, comment s’en sortir ? Ces questions, qui persévèrent comme l’être, innervent un livre qui initie le spectateur à une poésie rituelle, une poésie expérience. Dette, don, contre-don et contre-temps sont les maîtres-mots de ces carnets qui ne devraient pas nous étonner au regard d’une œuvre qui ne cesse de ménager des passages entre les mondes. Mais Blaine n’est

jamais là où on l’attend. Dans ces Carnets, tout se déplace sans cesse, les signes, les pratiques, le sens emportant dans leurs migrations une œuvre. On y retrouve tous ses fondements (poèmes métaphysiques, bimots, bestiaire, variations sur des performances, déclaractions…) mais déplacés, bougés, placés dans un nouveau dispositif, une autre circulation, inédite. Blaine relance une fois de plus le « Livre » sous la forme de ce que l’on pourrait aussi bien nommer carnets de passages, Livre-cadeau, petite fabrique de textimages, de textesons, de questions, où le savoir alchimique est puissance d’opposition au « réel » imposé et fabriqué de toutes pièces. C’est une force d’invention, de pensée critique, un cri de guerre !

Un véritable cadO qui nous réserve encore une surprise finale en nous annonçant la création d’une nouvelle revue, INVECE, dont le numéro 0 vient également de paraître aux éditions Al Dante. De l’architecture à la photographie, à la typographie, à l’affiche… au monde, il n’est qu’un « o », ouvreur de polysémie, qui nous emmène du zéro à l’infini, un « o » qu’il appartient au poète de tracer, à tous de s’emparer.

Vifs remerciements à Floence Trocmé/Poezibao

http://poezibao.typepad.com/poezibao/2013/02/note-de-lecture-carnets-de-voyages-essai-tyopographique-vol-7.html

Commentaires fermés
répondre

INFO > PRIX DU LIVRE ANTICOLONIAL 2013, POUR LE LIVRE GEORGES IBRAHIM ABDALLAH

Le:1 mars 2013 , 19:51

par :

Le livre « Georges Ibrahim Abdallah » au salon anticolonial.

newcouvabdallah

LE PRIX DU LIVRE ANTICOLONIAL 2013
Parce que nous voulons rendre hommage au combat anticolonialiste et anti-impérialiste des peuples, parce que cet héritage est à nos yeux plus que jamais actuel en ces temps d’entreprises de recolonisation armée et de tentatives de justification du bilan tragique du colonialisme, nos librairies participent chaque année à la Semaine anticoloniale.

A une époque où la marchandisation s’étend à toutes les sphères de l’existence, à la culture en particulier, la pensée anticolonialiste constitue un acquis précieux dans le combat de l’humanité pour sa libération de toutes les oppressions. C’est le sens que nous donnons, nous libraires, à notre participation au Salon anticolonial en y présentant un large choix de livres contribuant à la nécessaire revitalisation d’une pensée émancipatrice.

Au cours de ce Salon, à la Bellevilloise, nos librairies, La Brèche (Paris 12e), Envie de lire (Ivry,

94) et Le Point du jour (Paris 5e) ont décerné dimanche 17 février, le Prix du livre anticolonial 2013.

Ce prix est cette année encore attribué à deux livres :

- William Sportisse, Le camp des oliviers : parcours d’un communiste algérien, entretiens avec Pierre-Jean Le Foll-Luciani (Presses universitaires de Rennes)
L’engagement d’un homme de conviction, d’une personnalité intègre et exigeante, dont la mémoire modeste est confrontée aux archives. Les combats d’un anticolonialiste à la trajectoire unique, longtemps dans la clandestinité, parfois en prison. Une vie entière vouée à la justice et à la fraternité.

- Collectif International, Georges Ibrahim Abdallah (Al Dante)
Un livre documenté pour briser le silence sur un militant révolutionnaire libanais ayant pris les armes contre les agresseurs de son pays, incarcéré depuis 29 ans en France, l’un des plus anciens prisonniers politiques du monde. Refusant de renier ses convictions, internationaliste, il est devenu un exemple de résistance en prison.

Rappel :
2007 : Olivier Le Cour Grandmaison, Coloniser, exterminer : sur la guerre et l’État colonial (Fayard)
2008 : Alain Ruscio et Sébastien Jahan (dir.), Histoire de la colonisation : réhabilitations, falsifications et instrumentalisations (Les Indes savantes)
2009 : Adame Ba Konaré, Petit précis de remise à niveau sur l’histoire africaine à l’usage du président Sarkozy (La Découverte)
2010 : Claude Liauzu, Colonisations, migrations, racismes : histoires d’un passeur de civilisations (Syllepse)
2011 : Manuel Domergue, Jacob Tatsitsa et Thomas Deltombe, Kamerun ! : une guerre cachée aux origines de la Françafrique, 1948-1971 (La Découverte) et Alain Ruscio, Y’a bon les colonies ? : la France sarkozyste face à l’histoire coloniale, à l’identité nationale et à l’immigration (Le Temps des cerises)

Commentaires fermés
répondre
Page 2 sur 212