Naissance de la gueule

A.C. Hello

 [en librairie le 15 octobre]

 

couvHello

Et ma gueule c’est qu’une guerre

Dans un corps qui sent la mort

«N’ouvre pas ce livre, petit homme, car il va se refermer sur toi. Il va te prendre dans sa mâchoire, mais ça n’est encore rien s’il te broie. Le pire, c’est la course qui te tire à hue et à dia : dès la première seconde, tu sais qu’elle ne s’arrêtera pas.

Je veux seulement témoigner, et avertir – ce poème (c’est un poème, le poème même de ce temps) fout la TROUILLE. Aucun autre ne m’a foutu pareille TROUILLE, même le poème d’Artaud ne m’a pas hérissé le rachis comme ça. Excusez du peu, c’est comme ça. Ce poème vous emmène directement en enfer, l’enfer même de ce temps, l’enfer-là.

Je ne peux rien dire d’autre. Je n’ai pas le recul qu’il faudrait, je ne l’aurai plus jamais. Ce poème ne laisse aucune possibilité de recul : il ne te lâchera pas un instant, petit homme, réfléchis bien à cela.

Avant d’ouvrir ce livre terrible, livre où la terreur mord et hurle à chaque ligne et dans chaque mot de chaque ligne.» (Ivar Ch’Vavar)

« … sa lecture ne peut qu’être brutale, violente, syncopée, hirsute, haletante. La langue y est à la fois directe et sophistiquée. La Société en prend un coup, pris sur le vif. Justifié !» (Bernard Heidsieck)

104 pages | 13 X 17 cm | 17€

isbn : 978-2-84761-739-9
acheter  l’auteure