Trois poèmes
John Ashbery

Trois poemes

John Ashbery

17€

ISBN : 978-2-84761-890-7
Mars 2010
144 pages

Traduction de l’anglais (US) et postface de Franc André Jamme.

« Trois poèmes ou la méditation : sur le jeune âge et le temps manqué ; sur ce que l’on rêverait parfois qu’il advienne ; sur sans les oublier en rien mais plus loin encore qu’hier et demain ; donc sur la royauté finale, à l’instant, de l’instant ; sur l’observation méticuleuse du déroulement incessant des mouvements de la conscience tandis même qu’elle se déroule, se déplie, constamment ; sur cette espèce de danse ; sur le désir et la nécessité aussi, un jour ou l’autre, d’un grand chambardement intérieur, d’une vraie révolte au dedans ; sur la matérialisation en mots des si fugaces mais si puissantes apparitions de ce soulèvement, quand il affleure ; sur effectivement fugaces, vite balayées par les heures, les jours, les années, mais repoussant chaque fois telle queue de lézard ; sur magique ; sur l’amour et ses labyrinthes ; sur une pensée donc en méditation, mais qui n’aurait pas vraiment de règles, qui plutôt se baladerait, flânerait où elle veut, quand elle veut, aussi libérée que divagation, sa sœur chérie, ou peut-être jumelle… »
(F. A. J.)
Ce long poème méditatif est la seule longue prose poétique que John Ashbery ait jamais écrite. Ce qui accentue de fait la place unique que tient ce livre dans son œuvre.

Description produit

John Ashbery

 

BIOGRAPHIE

John Ashbery

Poète et critique, John Ashbery est un des poètes américains dont l’influence a été très importante aux États-Unis dans les années 1970. Il est le plus connu des poètes de l’École de New York, terme inventé par John Bernard Mayers dans le magazine Nomad. Né à Rochester, dans l’État de New York le 28 juillet 1927, il grandit dans une ferme près du lac Ontario. Pendant des années, dès son adolescence, le week-end, il suit une formation pour devenir peintre. Au cours de ses études universitaires, il lit Auden, Wallace Stevens, Dylan Thomas, et termine ses études à l’Université de Columbia après être passé par Harvard. Il vient en France au milieu des années 1950 et y reste dix ans, travaillant notamment pour l’édition européenne du New York Herald Tribune.
De retour aux États-Unis en 1965, il devient critique d’art – ses écrits sur l’art ont été réunis en 1989.

« Alors qu’il est devenu l’un des écrivains américains les plus célèbres, toutes catégories littéraires confondues (et qu’il a été au reste traduit hors de son pays dans je ne sais trop combien de langues), John Ashbery est étrangement resté souvent « discuté », est demeuré en fait une sorte de très spécial empêcheur de tourner et penser et lire en rond. Trop original, certainement, ou peut-être trop libre, ou peut-être trop secrètement impressionnant pour beaucoup. Tout à la fois pour les tenants d’une poésie «main stream», plutôt conventionnelle mais encore réellement présente outre-Atlantique, mais aussi pour les amateurs des diverses avant-gardes (dont il fut, à ses débuts) ou de l’hyper-contemporain – les uns et les autres n’ayant pu aussi bien manquer de noter, dans son travail, passées les premières armes, le manque d’intérêt profond pour les recherches ouvertement et purement formelles (ou bien s’il trouve, et c’est souvent, il semble en fait ne pas trop aimer, ensuite, exploiter réellement ses découvertes), ainsi qu’une sorte d’indifférence naturelle aux effets de mode. À ce dernier sujet, il se peindrait d’ailleurs assez volontiers lui-même en une espèce de surréaliste égaré, ce qui ne saurait vraiment le rajeunir.[…]»

Franck André Jamme, p 128, Trois poèmes, Ed. Al Dante, 2010

LE TRADUCTEUR
Franck André Jamme a publié quatorze livres de poèmes (souvent en prose) chez : Granit, Fata Morgana, Unes, Virgile/Ulysse Fin de Siècle, Flammarion, Melville… et 5 livres en anglais.

BIBLIOGRAPHIE

Paru chez Al Dante
Autres parutions

poésie

  • Turandot and Other Poems, New York, 1953
  • Some Trees, Yale Univ. Press, 1956
  • The Tennis Court Oath, Wesleyan Univ. Press, 1962
  • Rivers and Mountains, New York, 1966
  • Selected Poems, Londres, 1967
  • Three Madrigals, Poet’s Press, 1969 / The Double Dream of Spring, New York, 1970
  • Three Poems, New York, 1972
  • Self-Portrait in a Convex Mirror, New York, 1975
  • Houseboat Days, New York, 1977
  • As We Know, New York, 1979
  • Shadow Train, New York, 1981
  • A Wave, New York, 1984
  • April Galleons, New York, 1987 / Flow Chart, New York, 1991
  • Hôtel Lautréamont, New York, 1992
  • And the Stars were Shining, New York, 1994
  • Can You Hear, Bird, New York, 1995
  • Wakefulness, New York, 1998
  • Girls on the Run, New York, 1999
  • Your name here, New York, 2000
  • As Umbrellas Follow Rain, Qua Books, Lenox, 2001
  • Chinese Whispers, Carcanet, Manchester, 2002
  • Where shall I Wander, Ecco, New York, 2005

Théâtre :

  • « The Heroes », in Artist’s Theater, éd. Herbert Machiz, New York, 1969
  • « The Compromise », in The Hasty Papers, New York, 1960
  • « The Philosopher », in Art and Literature, no 2, 1964
  • Three Plays (The Heroes, The Compromise, The Philosopher), Z Press, 1878

Roman

  • A Nest of Ninnies, en collaboration avec James Schuyler, New York, 1969
  • Essais d’art : Reported Sightings : Art Chronicles, 1957-1987, Harvard Univ. Press, 1991.
  • Études critiques
  • P. AFÉRI, F. ANDRÉ JAMME et al., « John Ashbery » in L’Œil de bœuf, no 22, 2001
  • M. K. BLASING, American Poetry : The Rhetoric of Its Forms, Yale Univ. Press, New Haven, 1987
  • H. BLOOM, Figures of the Capable Imagination, Seabury Press, New York, 1976
  • John Ashbery : Comprehensive Research and Study Guide, Chelsea House Publishers, Philadelphie, 2004
  • A. CAZÉ, John Ashbery : à contre-voix de l’Amérique, Belin, Paris, 2000
  • A. DUBOIS, Ashbery’s Forms of Attention, University of Alabama Press, 2006
  • R. HOWARD, Alone with America : Essays on the Art of Poetry in the United States since 1950, Atheneum, New York, 1969
  • D. LEHMAN éd., Beyond Amazement : New Essays on John Ashbery, Cornell Univ. Press, 1980
  • D. PERKINS, A History of Modern Poetry, Harvard Univ. Press, 1987
  • S. M. SCHULTZ éd., The Tribe of John : Ashbery and Contemporary Poetry, Univ. of Alabama Press, 1995
  • D. SHAPIRO, John Ashbery : An Introduction to the Poetry, Columbia Univ. Press, 1979
  • J. SHOPTAW, On the Outside Looking Out : John Ashbery’s Poetry, Harvard Univ. Press, 1996

De 1953 à aujourd’hui, il a publié plus d’une cinquantaine d’ouvrages aux États-Unis.

en français :
« Poèmes français », in Tel Quel, no 27, automne 1966
Fragment. Clepsydre, traduction Michel Couturier et Serge Fauchereau, Seuil, 1975.
Quelqu’un que vous avez déjà vu, traduction Pierre Martory et Anne Talvaz, POL, 1992.
Heure locale, traduction Anne Talvaz, Un Bureau sur l’Atlantique, 1997.
Autoportrait dans un miroir convexe, traduction Anne Talvaz, Atelier La Feugraie, 2004.

études :
Antoine Cazé : John Ashbery, à contre-voix de l’Amérique, Belin, 2000.

et, également :
L’œil de bœuf n°22 (numéro double spécial John Ashbery, 2000)

 

SUR LE WEB

Information additionnelle